Historique des stratégies PNL d'apprentissage

Il y a 20 ans, lorsque des enseignants demandaient à des PNListes comment la PNL pouvait les aider en pédagogie, on leur répondait qu'il était utile d'être excellent communicateur et qu'il fallait utiliser tous les canaux sensoriels pour expliquer une matière. Nous savons maintenant que ce n'est pas tout à fait juste.

Il y a 15 ans, on leur proposait de repérer la stratégie de compréhension et de mémorisation de l'apprenant dans un contexte de réussite, puis les transposer dans le contexte d'apprentissage difficile. Des fois, cela marchait. Mais cela présupposait que l'apprenant était suffisamment performant dans au moins un domaine. Avec les enfants que nous suivons, nous réalisons que ce n'est pas toujours le cas.

Il y a 10 ans, les travaux de R. Dilts ainsi que ceux du New Learning Pathways ont permis un nouveau développement.

L'idée de base en est qu'il ne suffit pas que l'enseignant ait une bonne méthodologie pour que les étudiants réussissent, encore faut-il que ceux-ci utilisent des outils mentaux suffisants pour gérer les informations.

Ils se sont, dès lors, mis à observer les stratégies d'apprentissage d'élèves brillants.

Ils ont réalisé que pour une même tâche scolaire, ces élèves font les mêmes opérations mentales.

On peut distinguer 5 outils mentaux :

  • stratégie de mémorisation
  • stratégie de compréhension
  • stratégie de réflexion
  • stratégie de prononciation
  • stratégie de transfert d'apprentissage vers d'autres contextes.

Ce décodage étant fait, le but est de proposer ces stratégies aux élèves en difficulté. Il faut pour cela construire des modèles, des exercices qui amènent l'apprenant à intégrer ces manières de gérer les informations, les concepts, les nouveaux savoir-faire.